En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et des offres adaptés à vos centres d’intérêt et mesurer la fréquentation de nos services. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Valorisation des patrimoines et scénographies d'espaces

Les espaces des réseaux de la RATP accueillent de multiples formes d'expression culturelle et artistique au service d’une culture urbaine contemporaine. A la fois objets de mémoire et lieux de vie, ils forment un patrimoine vivant, vécu au quotidien par des millions de voyageurs.

Les actions des équipes d'ingénierie et de ressources culturelles ne se cantonnent pas à une simple approche historique. Elles donnent sens à ces espaces en portant des valeurs de modernité et de partage par :

  • Des scénographies d'espaces et un marquage culturel qui révèlent la valeur artistique, architecturale et sensible d'une esthétique du quotidien
  • la conservation et la valorisation d'œuvres artistiques, architecturales, industrielles, photographiques, livresques, matérielles...

Désormais plus que centenaire, le métro de Paris est un lieu de mémoire. La mission de la RATP est de conserver et valoriser ce patrimoine d'art et d'architecture.

Des installations culturelles. Ainsi, des lieux spécifiques sont consacrés à la culture, ce qui permet des rendez-vous réguliers avec le public.

Commandes publiques d'œuvres d'art


Faire du temps de transport un temps actif est une ambition constante, qui conduit la RATP à agir comme un commanditaire d'œuvres d'art. La place Colette n'est plus la même depuis le Kiosque des noctambules d'Othoniel, le point de rencontre de Signori rend l'attente agréable à Châtelet-les Halles, les Gardiens des époux Siptrott égaient l'Esplanade de la Défense.
 Depuis le Kiosque des noctambules, Othoniel s'est imposé comme l'un des artistes les plus en vue de sa génération. Pour preuve, le Centre Pompidou, qui a proposé au printemps 2011 une imposante rétrospective de ses oeuvres de 1987 à aujourd'hui.

 

Photos Othoniel

 

En surface ou en sous-sol, des repères originaux marquent l'espace urbain. Ce ne sont plus seulement les trains qui transportent les voyageurs.

Aménagement culturel des stations


Encouragé par André Malraux dès 1968, l'aménagement de la station Louvre-Rivoli (alors dénommée Louvre) en fait une des plus emblématiques du métro parisien. Désormais, ce sont des dizaines de stations que les voyageurs connaissent aussi bien par leurs décors que par leur nom. Le Nautilus à Arts et Métiers, l'Amérique à Chaussée d'Antin, la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen à Concorde, sans oublier la pomme de terre à Parmentier, autant d'exemples de la volonté de donner du sens et des couleurs au métro !

ryaba aimer la ville

Les vitrines culturelles de la Ligne 14


L14-vitrinesLes vitrines culturelles de la ligne 14 réservent aux voyageurs des surprises sans cesse renouvelées. Réparties au fil des trajets, au débouché d’un escalier mécanique ou d’un couloir, elles sont dédiées à la création contemporaine sous toutes ses formes. Elles accueillent ainsi tous les trois mois et depuis bientôt 10 ans des écoles d’art (IESA, Beaux-Arts…), des expositions photographiques (Envolée Bleue…) ou des partenaires institutionnels (Institut Suédois…). 

La station Europe porte bien son nom


La station EUROPE située sur la ligne 3 du métro présente la diversité des cultures, des modes de vies, des paysages et des beautés des pays de l'Union Européenne. Neuf écrans à quai accueillent tous les trois mois des créations vidéos adaptées aux temporalités du métro parisien. Elles sont réalisées par des partenaires européens très variés: artistes contemporains (Vidéospread, Intercambio...), partenaires institutionnels (Visitsweden, Ambassade d'Espagne...), festivals de court métrage...

La gare du Luxembourg au service du Développement durable


img_page_les-tramways-du-groupeLa gare du RER B Luxembourg illustre depuis 10 ans l’engagement de la RATP en faveur du développement durable et de l’écologie urbaine. Les quais accueillent chaque année les scénographies spectaculaires d’artistes ou d’institutions au service d’une planète vivable et équitable. Les espaces de transport de la RATP pensés comme des lieux à vivre contribuent ainsi à l’évolution  des consciences et des comportements pour un avenir durable.

Saint-Germain-des-Prés, station de la création


Station de la Création, Saint-Germain-des-Prés (ligne 4) est l’une des neuf stations thématisées du centenaire du métro depuis l’an 2000. 36 vitrines accueillent sur ses quais des expositions privilégiant le texte et l’image réalisées avec des partenaires prestigieux : le Festival de la BD d’Angoulême, le Printemps des Poètes, l’IESA, l’Institut Suédois, La Villette… Des projections sur voûte révèlent l’architecture du lieu et magnifient les espaces.

Guimard, un architecte d'exception


Mis en service le 19 juillet 1900, le métro parisien devait être facilement reconnaissable. Ce fut le mérite de l'architecte Hector Guimard (1867-1942) de donner aux entrées de métro leur passeport pour la notoriété. Il conçut trois types d’accès : les édicules, les entourages et les pavillons. Destinés à protéger les voyageurs entrants des intempéries, les édicules se composaient d'un abri complet surplombant et entourant la trémie ; il n'y en eut que peu d’exemplaires. Guimard dessina également des entourages, faits d'une balustrade entourant la trémie à laquelle est adjoint un portique portant l’inscription « METROPOLITAIN ». Et les pavillons, reprenant les éléments constitutifs des édicules, présentaient des toits superposés qui leur valurent rapidement le surnom de « pagode » ou « pavillon chinois ». Aujourd'hui, il reste encore 86 des 167 ouvrages d'origine, dont les édicules de Porte Dauphine et Abbesses. Deux créations contemporaines sont venues les rejoindre : l'entrée de la Maison de la RATP et l'édicule de la place Sainte-Opportune.

Partie intégrante de notre patrimoine, on retrouve d’ailleurs ces symboles de l’Art nouveau dans divers musées : au Musée d’Art Moderne de New York, au Staatliches Museum de Munich et à la Compagnie française des pétroles à Hassi-Messaoud.en Algérie. Cette dernière fut montée dans le désert saharien pour les pétroliers d’Hassi Messaoud à titre d’évocation de Paris, un peu comme le ticket de Métro dans le film « le Salaire de la Peur ».

L'art de Guimard s'exporte bien : la RATP a offert des reproductions de ses entourages à plusieurs réseaux : ainsi, les voyageurs de Montréal, Lisbonne, Mexico, Chicago ou encore Moscou ont un petit air de Paris à l’une de leurs stations !

guimardV6

  • Voyagez à travers l'Histoire de la RATP

    Voyagez à travers l'Histoire de la RATP

    « Des Lignes d’histoires » vous invite à découvrir l’histoire des transports et de la RATP de façon ludique, interactive et accessible à tous.

  • PILI, une idée lumineuse

    PILI, une idée lumineuse

    A l'occasion du Centenaire du métro en 2000, la RATP a confié à Philippe Favier la réalisation d'une oeuvre d'art sur les quais de la station Pyramides, ligne 14.

    La réflexion de l'artiste s'est portée sur un élément de la mémoire du métro, les traditionnels P.I.L.I. (Plan d'Indicateur Lumineux d'Itinéraire), qui permettaient, en appuyant sur un bouton, de visualiser un itinéraire sur un plan de métro et qui sont devenus rares.

    Baptisée le "P.I.L.I., une idée lumineuse", l'oeuvre d'art de Favier est une grande constellation onirique et poétique composée à partir de trajets oulipiens imaginés par le poète Jacques Roubaud.

    La naissance du "PILI, une idée lumineuse" repose sur une collaboration entre un artiste contemporain et un poète et l'idée de concilier les mots de l'imaginaire au talent d’un créateur, parce les mots sont indissociables du métro, et les centaines de stations sont d'inépuisables appels aux rimes.