En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et des offres adaptés à vos centres d’intérêt et mesurer la fréquentation de nos services. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Accueil > Le Groupe > En ile-de-France > Le réseau > Métro > Fulgence Bienvenüe, le Père du métro

Fulgence Bienvenüe, le Père du métro

Qui a cru à cette idée folle « un chemin de fer métropolitain…pour faciliter les déplacements à l’intérieur de Paris » ?

Portrait de Fulgence Bienvenüe, le Père du métro


fulgence bienvenue3« Tout ce qui est nouveau attire les critiques, il ne faut pas toujours croire ce que disent les journaux » disait Fulgence Bienvenüe (1852-1936), « créateur » du métro parisien. Cet ingénieur breton, treizième enfant d’un Notaire d’ Uzel, est un homme de caractère, obstiné et discret. Il croit à cette idée folle « d’un chemin de fer métropolitain… pour faciliter les déplacements à l’intérieur de Paris ». Si Bienvenüe n’a pas été l’inventeur du chemin de fer souterrain (le premier métro est réalisé à Londres) il reste le réalisateur patient de ce projet et préside pendant 35 ans aux destinées du métropolitain.

Le compte à rebours commence avec la déclaration d’utilité publique prise en  mars 1898. L’objectif ? Assurer l’ouverture pour l’Exposition Universelle qui se tiendra à Paris en 1900. Le gigantesque chantier débute, éventrant les rues de Paris et attisant la colère des parisiens. Les plaintes pleuvent, le mécontentement est général.

Le 14 avril 1900 l’objectif est presque atteint mais l’inauguration de l’Exposition Universelle s’effectue sans le métro. L’ouverture au public de la ligne 1 du chemin fer métropolitain prévue pour le 14 juillet 1900 sera repoussée de quelques jours pour une raison extérieure : la grève des omnibus fait craindre une trop grande affluence vers le métro. Le métro est finalement inauguré le 19 juillet à 13 h, sans le Président de la République qui lui a préférée une revue navale à Cherbourg ! Le métropolitain entre en service dans la plus grande discrétion, avec des voyageurs anonymes et des journalistes audacieux.

Rapidement le métro est plébiscité par les parisiens. Fulgence Bienvenüe pugnace poursuit son entreprise en surmontant échecs, imprévus et catastrophes comme l’incendie de Couronnes en1903 qui fait 84 morts. Le passage de la ligne 4 sous la Seine est salué comme un exploit.

Fulgence Bienvenue meurt à 84 ans en août 1936. Il est enterré au Père Lachaise. Les journalistes, accaparés par l’enterrement de Louis Blériot qui a eu lieu la veille ne consacreront que quelques lignes à la disparition de ce grand ingénieur. Il a révolutionné pourtant le quotidien des parisiens en digne héritier du Baron Haussmann.