En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et des offres adaptés à vos centres d’intérêt et mesurer la fréquentation de nos services. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

L’Observatoire des incivilités

Afin d’évaluer l’ampleur de ce phénomène et de mesurer ses évolutions sur la durée, la RATP a décidé de lancer un Observatoire annuel des incivilités dans les transports en commun en 2012.

Ile-de-France : une diminution encourageante des incivilités


La 4ème édition de l’Observatoire menée en janvier 2015 auprès d’un échantillon représentatif de 1 486 voyageurs franciliens confirme la tendance à la baisse des incivilités constatées.

Les résultats de cette édition consolident la baisse des comportements incivils enregistrée en 2014. En effet, le nombre de voyageurs ayant constaté des incivilités a diminué de 2 points : en 2015, 95% déclarent avoir observé au moins une incivilité au cours du dernier mois, contre 97% en 2014 et 98 % en 2013. Par ailleurs, la fréquence des incivilités dont les voyageurs disent avoir été témoins sur un mois reste stable par rapport à 2014 (75 fois en 2015, 74 en 2014 et 81 en 2013).

Bien que les incivilités diminuent, la gêne reste importante. 85% des voyageurs se déclarent toujours extrêmement ou vraiment gênés par les incivilités rencontrées. Ce chiffre demeure stable sur quatre ans : 85% en 2015, 84% en 2014, 85% en 2013 et 82% en 2012. Les principales incivilités observées par les voyageurs restent sensiblement les mêmes par rapport à 2014. Les nuisances des conversations téléphoniques prennent la première place du palmarès (en 4ème place en 2014) : 82% des voyageurs ont observé cette incivilité au moins une fois au cours du dernier mois, soit une augmentation de 9% par rapport à 2014. En revanche, Laisser son journal sur un siège représente la baisse la plus significative, en recul de 19% par rapport à 2014.

Evolution des incivilités


evolution des incivilites 2015

A l’international : des incivilités communes avec un fort niveau de gêne ressentie


Pour la première fois, l’Observatoire a été conduit au-delà même de l’Ile-de-France. L’étude a été conduite dans sept pays (Belgique, Italie, Royaume-Uni, Etats-Unis, Brésil, Inde et Japon) de mi-janvier à début février 2015, auprès d’un échantillon d’environ 1000 personnes par pays, résidant dans les principales métropoles.

Les résultats soulignent que le thème des incivilités est universel et un sujet de préoccupation largement partagé par les voyageurs à travers le monde; les variations observées portent davantage sur la nature des comportements jugés incivils et plus ou moins acceptés.

Parler fort au téléphone (79%), Rentrer dans le bus/la rame avant de laisser sortir les autres (76%) et Bousculer un autre voyageur sans s’excuser (70%) sont les trois incivilités les plus fréquemment observées en moyenne sur l’ensemble des pays. A noter qu’elles sont aussi les plus citées en France.
Les incivilités identifiées comme les moins acceptables en moyenne sur l’ensemble des pays sont aussi les moins fréquentes : Dégrader du matériel (78%), Tirer le signal d’alarme sans raison (73%) et Laisser des détritus sur place (71%). Face à ces incivilités, le niveau de gêne ressentie est relativement fort. Il approche en moyenne les 62% tous pays confondus avec une plus forte intolérance au Brésil (80%), en Italie et aux USA (66%), et en France (63%). A l’inverse, les deux pays dans lesquels le niveau de gêne est le plus faible sont l’Inde et le Japon avec un taux d’acceptabilité de 50%.

Tous acteurs pour lutter contre les comportements incivils et responsabiliser les voyageurs.


L’étude laisse aussi apparaître que la plupart des voyageurs impute davantage les incivilités au manque de savoir-vivre plutôt qu’aux conditions de transport. C’est notamment le cas au Brésil, en Italie et en France où 86% des Brésiliens interrogés, 81% des Italiens et 80% des Français considèrent que les voyageurs se comportent négligemment dans les transports.
Pour autant, les résultats de l’Observatoire révèlent une attente, chez les personnes interrogées, envers trois acteurs principaux que sont la famille (76%), l’école (54%) et les transporteurs (43%) pour sensibiliser à la courtoisie, la discipline et au respect des règles… tout en acceptant une coresponsabilité puisqu’ils sont 71 % à se considérer comme un acteur prioritaire devant faire preuve de courtoisie et d’autodiscipline.

lesincivilites2015