Accueil > Le Groupe > En ile-de-France > Restons Civils

Une nouvelle campagne de communication sur le thème des incivilités

La RATP lance la saison 3 de « Restons civils sur toute la ligne », une campagne de communication destinée à sensibiliser les voyageurs sur le thème des incivilités dans les transports en commun.

Pour cette nouvelle saison, les voyageurs découvrent deux thématiques supplémentaires et de nombreuses actions :

- le sujet de l’encombrement de l’espace, illustré par une tortue,
- la nécessité de tenir sa droite dans les escaliers mécaniques pour fluidifier les déplacements, illustré par des inséparables.

Incivilité_tortue

Incivilité_inséparables

 

La campagne publicitaire est déclinée dans le réseau métro et RER, en extérieur et sur les abribus. Dans le même temps, la campagne d’adhésivage reprenant le principe des maximes est installée dans les bus, les tramways et sur les comptoirs d’information, pour encourager le dialogue avec les agents et le respect des règles de bonne conduite.

 

ours

ours2

visuel1 visuel2 visuel3

La poule et le buffle vont à l’école


La RATP lance un outil pédagogique pour aborder la thématique de la civilité dans la ville. Après deux années consécutives de sensibilisation sur le phénomène des incivilités grâce au dispositif de communication « Restons civils sur toute la ligne », la RATP reprend la parole et propose aux enseignants de 6e et 5e un outil pédagogique leur permettant d’aborder la thématique de la civilité avec leurs élèves.

Dans la 2e édition de l’Observatoire des incivilités dans les transports en commun d’Île-de-France, réalisé par TNS Sofres, 77 % des voyageurs interrogés estiment que les principes du « vivre ensemble » doivent être enseignés par les professeurs à leurs élèves.

C’est pourquoi la RATP, en collaboration avec le Rectorat de Paris, a imaginé un dispositif permettant aux enseignants d’aborder cette problématique.

Avec la création du kit pédagogique « La civilité ça change la ville »


Conçu en partenariat avec les corps d’inspection de l’Académie de Paris et les experts éducation du WebPédagogique (première communauté éducative francophone avec près de 300 000 membres), il s’agit d’aborder le sujet de la civilité de manière ludique et sérieuse, en s’inscrivant dans les programmes scolaires avec des approches disciplinaires variées : histoire, géographie, français, éducation civique, voire mathématiques. Le principe général est de permettre au professeur de personnaliser son cours et de sélectionner le contenu qu’il souhaitera traiter.

Les élèves sont ainsi amenés à réfléchir et à travailler sur les problématiques suivantes : « de la vie en communauté à la civilité », « vivre et se déplacer dans mon espace proche », « de la diversité de l’humanité à la sociabilité » et « la civilité, tous acteurs ».
Autant de sujets que les professeurs peuvent développer grâce à des quiz, des vidéos et des présentations illustrées. Le kit est accessible en ligne à chaque enseignant de l’Académie de Paris qui souhaite le télécharger : http://lewebpedagogique.com/ratp.

Pour Pierre Mongin, Président-directeur général de la RATP, « La civilité c’est l’affaire de toutes les structures sociales, de la famille à la justice en passant par l’école, les associations, les élus, les forces de l’ordre, et bien sûr des services publics comme le nôtre, dont la mission ne s’arrête pas à la fonction technique de transporteur. »

Depuis de nombreuses années, la RATP fait de la pédagogie et de la prévention auprès des jeunes en âge scolaire un élément central de sa lutte contre les incivilités. Ainsi, l’opération « Les Mercredis du rugby » (7ème édition en 2013) permet chaque année à des agents de la RATP d’aller à la rencontre de 500 jeunes. Enfin, depuis sa création en 1993, le dispositif « Mon territoire c’est ma ville » a permis de sensibiliser plus de 520 000 jeunes au fonctionnement de l’entreprise, à la validation du titre de transport et au respect du code du savoir voyager dans les transports en commun.

Présentation du kit pédagogique et des 4 thématiques qui le composent


Les transports urbains, au même titre que le collège, sont un microcosme familier des adolescents et se prêtent parfaitement à une étude concrète du phénomène des incivilités.

Chacun des quatre modules du kit pédagogique est conçu comme un support de classe pour les enseignants et fait référence aux notions abordées dans les programmes scolaires. Chaque module peut être modifié pour mieux correspondre aux besoins de la classe.

Module n°1 :
De la vie en communauté à la civilité.

Ce premier module permet d’introduire la notion de civilité en classe. Il s’adresse aux enseignants de toutes les disciplines et aux conseillers principaux d’éducation. Il peut être utilisé, soit dans le cadre d’un cours sur la notion, soit dans le cadre d’une heure de vie de classe. Il est constitué d’un diaporama et de deux reportages : des élèves en classe répondent à la question « Qu’est-ce que l’incivilité ? » et des agents de la RATP présentent les conséquences de quelques actes d’incivilité.

 

Module n°2 :
Vivre et se déplacer dans mon espace proche.

Ce module commence par aborder une notion préparatoire : la liberté de circuler, expression de nos libertés fondamentales. Cette approche théorique se complète par une activité pratique basée sur un des thèmes du programme de géographie « Mon espace proche ».
Le module propose de faire la synthèse de ces deux premières parties en organisant un débat autour du thème « La loi peut-elle résoudre les incivilités ? »

Module n°3 :
De la diversité de l’humanité à la sociabilité.

Ce module s’adresse aux enseignants des classes de 5ème en histoire-géographie, éducation civique et français. Deux diaporamas et un quiz le constituent.
Le point de départ du module est de donner du sens à la « civilité » par une étude étymologique (du latin « cives » à « civilisation ») et grammaticale (« service public » et « service au public »). Le module propose ensuite d’observer les transports comme expression d’une société recomposée dans sa diversité.

Module n°4 :
La civilité, tous acteurs.

Ce quatrième module propose aux enseignants, à travers un diaporama, de monter des projets interdisciplinaires autour de cinq activités : éducation civique, mathématiques, sécurité routière, développement durable, arts plastiques ou encore technologie.

Les animations sur les réseaux



Afin d'initier le dialogue sur les incivilités entre agents et voyageurs, la RATP déploie les 11, 12 et 13 juin des animations sur le terrain.

Les animations se dérouleront aux dates et heures suivantes :

- Métro > les 11, 12 et 13 juin de 13 h à 19 h
- RER > les 11, 12 et 13 juin de 16 h à 20 h
- Bus > les 11, 12 et 13 juin de 13 h à 18 h

Les 14 stations de métro et 4 gares RER :
  • Gare de Lyon (ligne 1)
  • Place de Clichy (ligne 2)
  • Gambetta (ligne 3)
  • Porte d’Orléans (ligne 4)
  • Bobigny Pablo Picasso (ligne 5)
  • Cambronne (ligne 6)
  • Villejuif Louis Aragon (ligne 7)
  • Pointe du Lac (ligne 8)
  • Bonne nouvelle (ligne 9)
  • La Motte Picquet - Grenelle (ligne 10)
  • République (ligne 11)
  • Porte de Versailles (ligne 12)
  • Mairie de Clichy (ligne 13)
  • Madeleine (ligne 14)
  • La Varenne (ligne A du RER)
  • Nanterre - Préfecture (ligne A du RER)
  • Val d’Europe (ligne A du RER)
  • Massy Palaiseau (ligne B du RER)
Animation sur le réseau bus avec le Villebus « Bus de la Civilité » :
  • Porte de Vincennes
  • Saint Denis Universitaire
  • Denfert Rochereau

L’action de prévention de la RATP en milieu scolaire


Les Mercredis du Rugby - civilitésDes agents de la RATP au contact des publics scolaires.
En 2012, 200 agents formés spécifiquement ont été mobilisés sur le terrain. Ils ont rencontré 1 432 classes en Île-de-France, soit plus de 50 000 élèves. Depuis sa création, le dispositif « Mon territoire c’est ma ville » a permis de sensibiliser plus de 520 000 jeunes au fonctionnement de l’entreprise, à la validation du titre de transport et au respect du code du savoir voyager dans les transports en commun.
Cette année, la RATP travaille à la refondation de ce dispositif et des outils pédagogiques associés, pour apporter une réponse encore plus adaptée aux attentes des établissements scolaires et aux besoins de la RATP.

Benjamin FallS’appuyer sur les valeurs du rugby.
Les « Mercredis du Rugby » sont une initiative qui permet à la RATP d’aller à la rencontre des jeunes issus des quartiers défavorisés d’Île-de-France et de promouvoir le « mieux-vivre ensemble » au quotidien, en s’appuyant sur le rugby et ses valeurs de respect, d’esprit d’équipe et de partage.

En 2013, la 7ème édition de cette opération est parrainée par Benjamin Fall, international français de rugby et joueur du Racing-Métro 92. Dans ce cadre, il accompagne les agents de la RATP et va à la rencontre de 500 collégiens en Île-de-France.
Comme lors des précédentes éditions, le programme se déroule en deux temps :
● une phase théorique en classe : découverte du rugby et de ses règles au travers d’un quiz ludique, débat et partage d’expérience sur les incivilités, échanges sur la perception de la relation avec les agents de la RATP.
● une phase pratique au Centre National de Rugby (à Marcoussis dans l’Essonne) pour mettre les jeunes en situation, dans un contexte ludique de respect des règles du jeu.

La deuxième édition de l’Observatoire des incivilités dans les transports en commun


Les transports en commun constituent un laboratoire d’étude sur le phénomène des incivilités qu’il faut suivre dans le temps. La RATP a donc créé un Observatoire des incivilités dans les transports en commun qui permet de mesurer son évolution sur les deux principaux items : l’expérience des incivilités et le niveau de gêne ressenti par les utilisateurs. Cette année, un éclairage complémentaire est également proposé sur la connaissance et l’éducation à la règle.

La méthodologie
1 422 utilisateurs de transports en commun en Île-de-France ont été interrogés. Ils sont issus d’un échantillon de 2 030 individus, représentatif de la population d’Île-de-France, âgée de 16 ans et plus. L’étude s’est déroulée du 2 au 10 avril 2013 sous forme d’interviews réalisées en ligne.

Les principaux résultats
a) L’expérience des incivilités dans les transports en commun, un phénomène important.
Les principaux résultats sur les incivilités constatées et le top 10 restent similaires aux résultats obtenus en 2012 : 98 % des utilisateurs interrogés, contre 97 % en 2012, ont rencontré au moins une des trente incivilités testées au cours du mois écoulé.
En ce qui concerne les incivilités les plus souvent rencontrées, on note une augmentation sur deux types d’incivilité : la fraude et les obstacles à la fluidité des flux.
En effet, la non-validation du ticket est l’incivilité la plus constatée et prend la tête du top 10, ce qui peut sans doute s’expliquer par le contexte de pression sur le pouvoir d’achat. Concernant les flux, le fait de rentrer dans le bus / la rame avant de laisser les autres voyageurs sortir, devient la 2e incivilité la plus constatée. Elle était en 2012 quatrième dans le classement.

 

Top10incivilités2012

b) une gêne croissante à l’égard des incivilités.
Si dans l’ensemble la fréquence des incivilités reste stable, en revanche l’intolérance aux incivilités augmente. 85 % des utilisateurs se déclarent extrêmement ou vraiment gênés, toutes incivilités confondues dont 52 % extrêmement gênés. « Des chiffres qui montrent que les voyageurs sont de plus en plus sensibles aux incivilités, notamment celles qui dénotent un manque d’éducation et de respect des autres voyageurs comme des agents de la RATP » explique Muriel Humbertjean de TNS Sofres.

c) l’importance de l’apprentissage et du partage de la règle pour faire face aux incivilités.

 

Les-réactions-face-aux-incivilités-2012

Les règles primordiales qui ressortent en spontané auprès des voyageurs sont celles de la politesse, de la courtoisie et de la civilité à 43 %, puis le respect du silence et la discrétion à 32 % ensuite sont évoquées l’hygiène / la propreté pour 22 % et la validation des titres de transport à 20 %.

Toutefois, pour que ces règles soient respectées, 77 % des répondants pensent qu’il faut qu’elles soient enseignées dès l’enfance à l’école et dans les familles.

Les acteurs identifiés comme devant faire respecter ces règles dans les transports en commun sont à 97 % la famille et les voyageurs eux-mêmes qui doivent s’auto-discipliner. Vient ensuite la RATP pour les faire connaître à 94 %. Arrivent enfin les agents de la RATP, l’école et les voyageurs entre eux.

Les voyageurs sont aussi conscients des conséquences du non-respect de ces règles primordiales :
1. 79 % des répondants estiment que la conséquence la plus gênante du non-respect des règles sont des conditions de transport désagréables pour les voyageurs.
2. 61 %, un trafic perturbé et des retards accumulés.
3. 36 %, le coût financier qui se répercute sur le coût des trajets.