Accueil > Se déplacer > Vie du Réseau > Plus d'innovations

Osmose : Quelle station de bus pour demain ?

La RATP expérimente depuis mai 2012 une station de bus du futur dans le cadre du projet européen EBSF, coordonné par l’UITP et dans la continuité de sa démarche de recherche Osmose.

 


Découvrez la station Osmose en visite virtuelle

 

La RATP lance un appel à projets jusqu'au 6 janvier 2014 Lire l'article
La RATP primée au 60e Congrès de l'UITP Lire l'article


bloc_marque

Engagée dans une démarche ambitieuse de recherche sur les espaces de transport du futur, appelée Osmose, la RATP a installé en mai 2012 une station de bus expérimentale boulevard Diderot à Paris, dans le cadre du projet européen EBSF (European Bus System of the Future). Cette réalisation concrète traduit la vision de la RATP sur la place qu’une station de bus conséquente peut occuper dans l’espace urbain, en tant que lieu multifonctionnel assurant une meilleure qualité de service aux voyageurs, aux passants et aux riverains.

Son objectif volontariste est de contribuer à nourrir les réflexions des acteurs impliqués dans les problématiques des espaces de transport de surface, notamment les municipalités en charge de l’espace public, et les fournisseurs de mobilier urbain.

Description de la station


station bus osmosePendant plusieurs mois, la RATP expérimente cette station « augmentée », qui intègre aussi bien des services orientés vers le transport que des services à vocation urbaine.

Cette station temporaire est installée en lieu et place de l’actuel arrêt de bus « Gare de Lyon – Diderot », au 17 boulevard Diderot dans le 12ème arrondissement de Paris. Ce point d’arrêt à fort trafic est situé dans un lieu très passant. Il est desservi par trois lignes de bus de jour (57, 61 et surtout la très fréquentée ligne 91 desservant le sud de la capitale jusqu’à la Gare Montparnasse TGV), par 5 lignes de nuit dont la circulaire N01 en correspondance avec 4 lignes de Noctilien vers la banlieue. Et surtout, cet arrêt dessert le pôle d’échanges de Gare de Lyon (métro lignes 1 et 14, RER lignes A et D, SNCF Transilien, Grandes lignes et TGV).

Osmose bus RATP - visuel 2La station offre une surface totale de 85 m2, dont une surface couverte d’environ 35 m2. L’espace de transport est assez vaste pour permettre d’organiser l’accueil et l’attente des voyageurs, de repérer les différents services, et d’assurer une libre circulation des utilisateurs. Elle est accessible aux utilisateurs de fauteuils roulants et aux personnes en situation de handicap (visuel, auditif…).

Dotée d’un plancher, équipée de 11 sièges abrités et de nombreux équipements de confort, la station propose une capacité et un confort largement optimisés.

 

Un accès facilité à l’information :pastille_osmose3

• 2 écrans d’information transport en temps réel (information sur les prochains passages et les perturbations sur la zone géographique proche, définie par le plan de quartier), l’un situé côté bus, l’autre côté trottoir 
• 2 écrans tactiles interactifs d’information, chacun d’entre eux étant situé sous l’écran temps réel : ces écrans accessibles aux utilisateurs de fauteuil roulant permettent aux utilisateurs de s’orienter et de trouver un point de transport ou un point d’attractivité dans le quartier, et de trouver des actualités du 12ème arrondissement)
• une signalétique redimensionnée pour faciliter l’accessibilité visuelle
• des panneaux d’information classiques affichant les plans et les horaires
• 2 totems signalétiques, à chaque extrémité: rétro-éclairés la nuit, ils permettent sur la face extérieure de repérer la station dans la ville, et indiquent sur la face intérieure les directions à suivre à partir de la station, pour rejoindre à pied les transports situés à proximité ; un pictogramme en relief permet aux malvoyants de déclencher une information sonore sur les lignes et les directions des bus de la station.
• un panneau publicitaire biface et rétro - éclairé la nuit, exploité pendant l’expérimentation à des fins de communication sur l’opération.

 

pastille_osmose7Des services innovants qui facilitent la vie des utilisateurs :

• un automate de vente de titres de transport de dernière génération, offrant une interface accessible aux personnes déficientes visuelles
• un mini-espace commercial permettant d’accueillir des commerçants ambulants : l’objectif à terme est d’animer cet espace tout au long de la journée, avec une offre idéalement adaptée à chaque moment (ex : cafés, snacks, smoothies…)
• une borne interactive tri-faces proposant des petites annonces sur Paris (l’un des écrans est accessible aux usagers en fauteuil roulant)
• une station de vélos à assistance électrique en libre-service : ce service est expérimenté auprès d’une communauté d’utilisateurs recrutés dans le quartier qui pourront en bénéficier gratuitement pendant un mois
• une bibliothèque en libre-service avec mise à disposition gratuite de livres, sur le principe « je laisse un livre, j’en prends un autre »
• une connexion Wi-Fi publique et une prise électrique permettant le rechargement de petits équipements personnels
• un défibrillateur, pour intervenir en cas d’urgence
• des tablettes de pose des sacs et un miroir de courtoisie.

 

Une ambiance apaisante et confortable :

• des assises-bancs en métal et en céramique, originaux dans l’espace public, dont le design rappelle le contexte du transport (surface en biseauté blanc, comme les parois des stations de métro)
• la paroi centrale de la station est constituée d’un vitrage décoratif urbain, chauffant par basses températures extérieures, permettant de procurer une légère sensation de chaleur aux voyageurs installés sur les assises installées devant la paroi
• une ambiance lumineuse variable en fonction des moments de la journée sur la partie centrale, et des éclairages particuliers dans trois espaces spécifiques
• la station bénéficie également d’ambiances sonores diffusées au moyen d’une technologie innovante et invisible : le son ne sera pas émis par des haut-parleurs mais transmis au coeur du verre des parois afin d’obtenir, par résonance, une diffusion restreinte à l’espace de la station.

Dans la partie centrale, les climats sonores sont synchronisés avec les lumières sur le thème des métamorphoses du ciel. Evoluant au fil du temps, ils sont légers et harmoniques.
Côté bibliothèque, les sons « à feuilleter » par simple effleurement de la main seront des sons pour lire, pour la rêverie avec des ambiances naturelles et des rumeurs du monde.
Enfin, un bref timbre musical (un sonal) sera émis dans la partie centrale lorsque le bus est à distance d’approche.

Si plusieurs services, qui n’étaient proposés qu’à titre expérimental, ont d’ores et déjà été retirés, la station Osmose est toujours en place actuellement. De nouveaux services innovants pourraient y être testés à l’avenir, en partenariat avec Paris Région Lab.

La démarche Osmose de la RATP


station bus osmose 2Pour rendre visible sa conception des futurs espaces de transport, et leur synergie avec les espaces urbains, la RATP s’est engagée dès 2009 dans une démarche baptisée Osmose. Cette action de recherche vise à promouvoir des aménagements urbains durables, une amélioration des fonctionnalités et des services rendus aux voyageurs, une qualité d’architecture, de design et de paysage urbain.
Dans un premier temps, la RATP s’est consacrée aux stations de métro dans la perspective du Grand Paris, et a présenté en mai 2010 les résultats de ses travaux, fruits d’une collaboration avec trois agences d’architectes : Trois formes différentes d’une « station de métro Osmose »

Pour contribuer au projet EBSF (European Bus System of the Future), la RATP a cherché à tester comment les mêmes types de conclusions pouvaient prendre forme à l’échelle des arrêts et des stations de bus dans l’espace public, en présentant une « station de bus Osmose ».

Le programme de recherche européen EBSF (European Bus System of the Future)


logo_EBSFLa RATP s’est engagée depuis plus de 10 ans au niveau européen pour faire naître une nouvelle génération de solutions pour le mode bus, en étant l’initiatrice d’une démarche collective regroupant 7 opérateurs de transports urbains (Keolis, Veolia Transdev, SRWT – TEC, TPG, Carris, HUR et RATP). Rejointe par l’UITP (Union Internationale des Transports Publics) depuis 2003, elle a contribué par une démarche de design avancé à faire prendre conscience que le mode bus devait se transformer pour rester attractif dans les villes.

C’est à la suite de ces prémisses que le projet EBSF (European Bus System of the Future) a été organisé en réponse à un appel à projets du Programme Cadre de Recherche et de Développement n°7 (FP7) de la Commission Européenne. Débuté en 2008, il vise à améliorer l’attractivité et l’image du mode bus. Ce projet bénéficie d’un budget total de 26 millions d’euros, pour une durée de quatre ans (2008 – 2012), ce qui en fait l’un des plus importants projets de recherche engagé par la Commission Européenne dans le transport urbain.

Coordonné et géré par l’UITP, ce programme regroupe 47 partenaires en provenance de 11 pays et fédère tous les acteurs du système (13 industriels, 9 opérateurs locaux et internationaux, 4 autorités organisatrices, 5 associations nationales, 16 universitaires, des consultants et des centres de recherche).

pastille_osmose5L’objectif de ce projet est de redéfinir le mode bus comme système, en l’adaptant aux spécificités des villes européennes. Il vise à accroître l’attractivité et l’image des réseaux de bus en prenant appui sur une approche globale, intégrant les véhicules, les infrastructures, les stations, l’insertion urbaine, les systèmes d’information et les modes d’exploitation.

Dans le cadre du projet EBSF, sept opérations-test ont d’ores et déjà été menées dans des villes européennes (Budapest, Madrid, Rouen, Göteborg, Bremerhaven, Brunoy, Rome). L’expérimentation de la RATP constitue la 8ème et dernière opération-test du projet, la seule exclusivement dédiée à un espace de transport.


Pour plus d’informations : www.ebsf.eu / www.uitp.org

Nos partenaires


 

partenaires_osmose_bus2

Éclairage à LED pour les stations de métro et gares RER RATP

Les lampes conventionnelles des 368 stations et gares de la RATP vont être remplacées par des lampes LED. Ce programme, financé intégralement par la RATP, s’étale sur 3 ans jusqu’à la fin 2015 et concerne tous les espaces voyageurs du métro et du RER.

Bien informer les voyageurs en temps réel

Dans combien de temps passe mon bus ? et le suivant ? Ai-je le temps d’acheter le journal avant mon tram ? Dans les stations de métro équipées des nouveaux écrans s’affichent désormais les temps d’attente pour les bus et trams en correspondance. Vous pouvez vous organiser en fonction du temps dont vous disposez.

Osmose : Quelle station de bus pour demain ?

La RATP expérimente depuis mai 2012 une station de bus du futur dans le cadre du projet européen EBSF, coordonné par l’UITP et dans la continuité de sa démarche de recherche Osmose.

Osmose : Quelles stations de métro pour demain ?

Les transports publics étant au coeur des projets d’aménagement de la région Île-de-France, la RATP anticipe les évolutions à venir avec « Station Osmose », étude prospective sur les stations de métro du XXIe siècle dans la zone agglomérée dense autour de Paris.

Flashcode, l'information voyageurs en temps réel

Les points d’arrêt bus et tramway de la RATP en Île-de-France sont équipés de flashcodes qui donnent aux voyageurs sur leurs mobiles les horaires de passage des deux prochains bus ou tramways, en temps réel.

BlueEyes : La géolocalisation au service des Personnes à Mobilité Réduite (PMR)

La RATP expérimente un système de guidage en espace souterrain unique au monde sur le principe du GPS.