Au quotidien

Un jour, une station : Danube, unique à plus d’un titre

Découvrez les secrets qui se cachent derrière le nom de la station Danube, située sur la ligne 7 bis.

Si la station Danube se situe aujourd’hui sur la ligne 7 bis du réseau métropolitain, il n’en a pas toujours été ainsi. A l’origine, la ligne 7 comporte deux branches au nord. La première est conçue pour relier le Palais Royal à la station Pré-Saint-Gervais. La seconde constitue un embranchement vers Porte de la Villette à partir de la station Louis Blanc.

Conçu ultérieurement, c’est pourtant ce tronçon Opéra - Porte de la Villette qui est inauguré en premier, le 5 novembre 1910, tandis que la station Danube est mise en service sur la branche Louis Blanc - Pré-Saint-Gervais deux mois plus tard, le 18 janvier 1911.   

Le principe d’exploitation de cette fourche était d’envoyer alternativement des trains du tronçon central à partir de Louis Blanc vers chacun des deux terminus : Porte de la Villette et Pré-Saint-Gervais.  

La ligne 7 reste ainsi de nombreuses années dans cette configuration initiale.

Une fréquentation intense modifie la ligne 7

Au fil du temps, un déséquilibre d’exploitation va se manifester. En effet, à Porte de la Villette se situe un important terminus de lignes d’autobus vers la banlieue qui va rendre très vite cette branche bien plus chargée que celle qui dessert le terminus Pré-Saint-Gervais.  

Pour faciliter l’exploitation des deux embranchements, il est décidé de séparer la branche du Pré-Saint-Gervais et de l’exploiter de façon indépendante sous le nom de 7 bis, le 3 décembre 1967.  

La ligne 7 bis qui mesure 3 km de long, et dessert huit stations, devient dès lors la plus courte du réseau, jusqu'à la mise en place de la ligne 3 bis, (débranchée de la ligne 3) le 27 mars 1971.

Un véritable viaduc souterrain pour un sous-sol instable

Outre cette particularité, la construction de ce tronçon de ligne et de la station Danube est très vite rendue difficile du fait de la nature particulière du sous-sol dans ce périmètre des anciennes carrières d’Amérique (extraction de gypse et de meulière exportée en Amérique), qui ont donné naissance au Parc des Buttes Chaumont en 1867. 

L’établissement d’un tunnel dans un sous-sol aussi peu stable nécessite la construction d’ouvrages de consolidation très importants, les carrières ayant été remblayées sommairement pour partie avec de l’argile.  

Et encore aujourd’hui, l’originalité de la station Danube réside dans le fait qu’elle est assise sur un véritable viaduc souterrain reposant sur de nombreux piliers dont certains atteignent 35 mètres de haut (ou de profondeur), le tout étant entouré de grottes et d’excavations des anciennes carrières.

Danube

Une architecture singulière

L’architecture de la station elle-même va bénéficier d’un traitement très particulier pour la consolider au mieux. Elle est donc établie en deux demi-stations à voûte en plein cintre séparées par un piédroit central renforcé. Elle comporte deux voûtes parallèles et deux quais dont les passages de communication sont désormais murés ou fermés par des grilles.

Une partie du tunnel adjacent est également réalisée grâce à cette même technique qui assure encore aujourd’hui une grande stabilité à l’ensemble, se garantissant d’éventuelles réactions des terrains environnants.

Danube

Une station à sens unique

Station unique à plus d’un titre, Danube n’en finit pas de se distinguer. En effet, après avoir franchi de manière classique, les stations Louis Blanc, Jaurès, Bolivar, Buttes-Chaumont, la ligne 7 bis forme une boucle fermée à partir de la station Botzaris.  Cette boucle fermée dessert dans le sens inverse des aiguilles d’une montre les stations : Place des Fêtes, Pré-Saint-Gervais, et Danube, avant de revenir à nouveau à la station Botzaris et de repartir en direction de Louis Blanc.  
 
Conséquence : la station Danube, comme Place des Fêtes et Pré-Saint-Gervais, n’est desservie que dans le sens Pré-Saint-Gervais vers Louis Blanc.  

Un seul quai est en service pour les trains en direction de Louis Blanc. Le second quai est bordé par une voie de garage.

Danube

Hommage à la Première Armée française

Quant à son nom, la station Danube le tire, non pas d’une valse viennoise, mais, comme souvent pour les noms de stations, de la place qu’elle dessert, appelée « Place du Danube » et ce, jusqu’en 1951. La place deviendra ensuite « Place Rhin-et-Danube » en souvenir de la Première Armée française, qui s’illustra en Italie, en Provence, sur le Rhin et enfin sur le Danube (1943-1945). Ce fleuve prend sa source dans la forêt noire et traverse huit pays avant de se jeter dans la mer noire. Au tournant de ses méandres, des châteaux aux styles variés apportent des touches romantiques et mystérieuses. Il se faufile à travers des régions de climat continental et montagnard et subit les contraintes d’une hydrologie capricieuse. Il présente également un profil irrégulier gênant, stoppant même par endroits toute navigation. 

Danube
Patrimoine