Au quotidien

Votre métro passe à la machine à laver !

Comment nettoyons-nous les trains des métros ? Que mettons-nous en œuvre pour réduire la consommation d’eau ? Visite de l’atelier de maintenance de la ligne 8 avec Bruno Le Morvan, responsables des machines à laver.

Un métro qui passe sous les rouleaux comme une voiture dans une station de lavage… Nous sommes à la sortie de la station Lourmel, avant la station Boucicaut, direction Créteil, dans l’atelier de maintenance de la ligne 8. Là, toutes les semaines, les 50 trains de la ligne passent à la machine. « Une fois par mois, on lave en manuel, de fond en comble, intérieur compris », explique Bruno Le Morvan, responsable des machines à laver.

C’est un peu comme une voiture : on la passe à la machine, mais de temps en temps, on fait les finitions à la main !

Bruno Le Morvan
Responsable des machines à laver

Le chiffre

1
lavage
en machine par semaine et un lavage manuel par mois.

Tout ceci ne consomme-t-il pas trop d’eau ? Dans le cadre de notre politique de développement durable, nous sommes très attentifs à l’utilisation des ressources. Pour l’eau, comme l’explique Nathalie Jarosz, du département Innovation et Développement durable, nous sommes confrontés à 3 enjeux et problématiques principaux :

  • maîtriser et réduire les consommations d’eau
     
  • assurer la conformité des rejets
     
  • valoriser la ressource en eau dans une démarche d’économie circulaire engagée par la RATP


Cela passe notamment par l’utilisation des eaux d’exhaure, les eaux d’infiltration. Et justement, l’atelier de lavage de la ligne 8 a l’avantage de pouvoir compter, en plus de l’eau de ville, sur de l’eau de nappe, c’est-à-dire l’eau contenue dans les interstices ou les fissures d’une roche du sous-sol.

Un métro lavé à l’eau de la nappe phréatique

« C’est un des rares sites qui a une nappe phréatique sous l’atelier avec des quantités importantes de réserve d’eau », souligne Bruno Le Morvan. Cette eau est stockée dans une cuve de l’atelier pour être réutilisée : « Plutôt que de la mettre directement aux égouts, elle est remployée pour le lavage. »

A la clé, une grande économie d’eau de ville, puisque cet atelier utilise environ 50% d’eau de nappe pour nettoyer le matériel.

Le chiffre

50
%
d’eau de nappe utilisée pour le lavage et 0,75 m3 d’eau pour laver un train.

Nous mettons également en place des dispositifs qui visent à réduire la consommation d’eau, notamment en perfectionnant le matériel. Nous nous sommes fixé un objectif : -10% de consommation d’eau entre 2013 et 2020, souligne Nathalie Jarosz. Une démarche qui porte déjà ses fruits, comme le montre Bruno Le Morvan :


«En 1995, on lavait un train de 75 mètres avec environ 1,5m3 d’eau, aujourd’hui on utilise exactement la moitié !»

Rénovation Maintenance Coulisses Ingénierie Exploitation transport