Culture

Miró, l’artiste qui crée à partir de ses rêves au Grand Palais

Avec « MIRÓ », le Grand Palais vous invite à explorer l’œuvre de Joan Miró (1893 - 1983), en retraçant son évolution technique et stylistique. Et la RATP vous propose un tête-à-tête avec l’artiste.

Jusqu’au 4 février 2019, l’exposition présente près de 150 œuvres dont certaines inédites en France et couvrant 70 ans de création. Miró crée à partir de ses rêves et nous ouvre les portes de son univers poétique.

Il transforme ainsi le monde avec une apparente simplicité de moyens, qu’il s’agisse d’un signe, d’une trace de doigt ou de celle de l’eau sur le papier, d’un trait apparemment fragile sur la toile, d’un trait sur la terre qu’il marie avec le feu, d’un objet insignifiant assemblé à un autre objet.

Miró fait surgir de ces rapprochements étonnants et de ces mariages insolites un univers constellé de métamorphoses poétiques qui vient réenchanter notre monde.

 

La RATP vous propose un « Tête-à-tête avec Miró » les 14 et 15 novembre

L’art descend dans le métro ! Mercredi 14 et jeudi 15 novembre, des conférenciers du Grand Palais viennent vous inviter à (re)découvrir Miró et son œuvre.

Installé(e) dans un décor type salon, vous profiterez, le temps de quelques minutes, de la présentation privée d’une ou plusieurs œuvres de l’artiste par un conférencier.

Cette animation vous est proposée dans deux stations : sur le quai double de Saint-Augustin metro metro et sur la mezzanine de la station Bobigny Pablo-Picasso metro metro.
> Rendez-vous de 12 h 30 à 14 h 30 et de 17 h 00 à 19 h 00.

Pour moi, un tableau doit être comme des étincelles. Il faut qu’il éblouisse comme la beauté d’une femme ou d’un poème.

Joan Miró

Joan Miró : coloré et poétique !

Joan Miró

Né à Barcelone, Joan Miró pour s'inscrit à 14 ans à l'École des beaux-arts de La Llotja. En 1911, il décide d’être peintre. Sa première exposition est organisée pendant l’hiver 1918 ; elle laisse entrevoir des influences à la fois postimpressionnistes, fauvistes et cubistes. L’année suivante le voit arriver à Paris, où il fréquente Jean Dubuffet, Max Jacob, Antonin Artaud. Puis les rencontres avec les poètes surréalistes vont inspirer ses futures œuvres, à travers l’inconscient et l’onirisme.

Il passe ensuite au collage, technique qu’il adapte en créant des formes sans précision, mais en laissant déborder les morceaux du support et les reliant par des graphismes. C'est à Majorque, à partir de 1942, que Miró construit son style définitif par évolutions successives.

Attaché à la terre catalane, il reviendra fréquemment à Barcelone. C’est pour lui l’occasion d’un retour aux sources et à la culture espagnole.

  • Nous sommes partenaires de cette exposition.
  • L'exposition « MIRÓ » sur le site du Grand Palais
Culture Exposition Peinture