Prevention

La RATP mobilisée contre la grande exclusion dans le métro depuis 25 ans

La RATP est mobilisée depuis des années sur le sujet de la présence de personnes sans domicile fixe dans ses espaces. Chaque année environ 7 millions d’euros sont consacrés à la lutte contre la grande exclusion.

Dès 1994, la RATP a mis en place une équipe dédiée - le Recueil Social - afin de proposer une assistance aux personnes sans-abris présentes sur le réseau RATP. C’est une équipe dédiée d’environ 60 agents, tous volontaires et spécifiquement formés, qui œuvrent 24h sur 24, 365 jours par an avec pour mission d’établir le contact avec les personnes les plus démunies présentes sur le réseau RATP, afin de leur proposer une prise en charge vers des structures adaptées en surface. Chaque jour, le Recueil Social rencontre en moyenne 160 personnes, dont près des trois quarts acceptent l’accompagnement qui leur est proposé en dehors des espaces de la RATP.

En 2019, la RATP a réorienté son plan d’action pour la prise en charge des sans-abris présents sur son réseau afin de répondre aux besoins spécifiques des sans-abris du métro, parmi lesquels :

  • Des horaires d’ouverture étendus dans les accueils de jour
  • Des actions de prise en charge sanitaire
  • Une action dédiée au public féminin sans-abri du métro

Au-delà de l’action du Recueil Social, l’entreprise apporte son soutien à 7 projets spécifiques :

  • La RATP soutient financièrement 4 Espaces Solidaires d’Insertion (ESI) permettant d’élargir les horaires d’ouverture et de renforcer le personnel (Emmaüs Solidarité, Aurore, La Mie de Pain et GIP Samu social de Paris). Les agents du Recueil Social accompagneront les personnes sans-abris vers ces structures  
  • Le financement d’une maraude sanitaire (réalisée par le Samu social) qui interviendra en collaboration avec les équipes du Recueil Social de manière régulière et sur signalement
  • Le financement d’une maraude dédiée aux femmes sans abri dans le métro (réalisée par l’association ADSF)  
  • Le financement d’une Halte de Repos et de Soins (gérée par l’association Aurore). Cette structure sera dédiée à l’accueil des plus grands exclus – 10 à 15 places maximum – pour qui l’orientation en ESI n’est pas encore adaptée en raison du nombre parfois important de personnes accueillies.