Bus
Bus en site propre, TVM de Créteil à Noisy-le-Grand-Mont d’Est
Le projet Est-TVM est un projet d’aménagements de voirie qui a pour objectif d’assurer une liaison efficace entre Créteil–Place de l’Abbaye (94) et Noisy-le-Grand–Mont d’Est RER A (93).

Le projet Est-TVM permettra de connecter entre elles les communes de Créteil, Saint-Maur-des-Fossés, Joinville-le-Pont, Champigny-sur-Marne, Bry-sur-Marne, Villiers-sur-Marne et Noisy-le-Grand. Le réseau de transport en commun à haut niveau de service à l’est de Créteil est aujourd’hui exclusivement organisé en radiale depuis Paris. Le projet Est-TVM constitue alors une première étape dans la réalisation de maillons en rocade, reliant Créteil aux portes de la Seine-Saint- Denis. C’est un projet complémentaire au projet de métro automatique du Grand Paris Express.

Informations utiles :

  1. Département 93 , 94
  2. Correspondances RER A

01. Les bénéfices

La circulation des bus se fera en site propre (couloir de bus) pour la moitié de la distance et en circulation générale pour l’autre moitié.

La création de couloirs d’approche aux carrefours et la priorité aux feux permettront une grande régularité.

02. Qualité de service

  • Les bus seront des bus standards accessibles aux personnes à mobilité réduite.
  • La fréquence des bus oscillera entre 4 et 5 minutes en heure de pointe et 8 minutes en heure creuse.
  • Il circulera entre 5h et 0h30 en semaine.

03. L’intégration urbaine

Sur plusieurs parties du tracé l’espace public sera aménagé pour améliorer la qualité de vie, en particulier le confort des piétons et cyclistes.

Cet aménagement sera effectif sur les communes de Créteil et Joinville-le-Pont, ainsi qu’à Champigny-sur-Marne, Bry-sur-Marne et Noisy-le- Grand grâce à la création de voies dédiées aux bus et vélos et une liaison cyclable continue. De nouveaux arbres seront plantés, des places de stationnement et de livraisons créées.

Les chiffres clés du projet

15
km
de prolongement. 26 nouvelles stations verront le jour dans le cadre de ce projet. Et 23 250 voyageurs par jour y sont attendus.

04. Le calendrier

  • 2012 : vote du schéma de principe par Ile-de-France Mobilités
  • 26 août-30 septembre 2013 : enquête publique
  • Fin 2013 : déclaration d’utilité publique
  • 2014 : travaux préparatoires sur les réseaux (assainissement, électricité, gaz …)
  • 2015 : études d’avant-projet

05. Les acteurs du projet

Le Conseil régional d’Île-de-France

Le Conseil régional d’Île-de-France : La Région soutient financièrement le projet qui répond à son objectif de développement des transports de banlieue à banlieue.

Le Conseil départemental du Val-de-Marne

Le Conseil départemental de Seine-Saint-Denis

Ile-de-France Mobilités

06. Le coût et les financements du projet

L’infrastructure

  1. Budget : 67,85 M€ (hors taxe et hors matériel roulant) d’investissement qui seront répartis entre le coût des aménagements (65,15 M€) et les acquisitions foncières (2,7 M€ selon l’estimation du CD 94).
  2. Les financeurs du projet
    Dans une première phase, jusqu’à la fin de l’enquête publique, une convention de financement de 6,7 M€ a été signée et financée par la Région Île-de-France et le Conseil départemental du Val-de-Marne.
  3. Le matériel roulant
    Le coût du matériel roulant est estimé à 7,12 M€, aux conditions économiques de 2011, financé par Ile-de-France Mobilités, pour l’acquisition de 28 bus standards non articulés (comprenant les bus de réserve).

L’exploitation