Innovation
Parisculteurs : la Ville de Paris, le groupe RATP et la startup Aéromate ont inauguré La Ferme Lachambeaudie
Pénélope Komitès, adjointe à la Maire de Paris en charge des Espaces verts, de la Nature et de la Biodiversité, Catherine Baratti-Elbaz, Maire du 12ème arrondissement et Guillemette Karpelès, Directrice de la SEDP, filiale immobilière de la RATP, ont inauguré « La Ferme Lachambeaudie » un nouveau projet d’agriculture urbaine développé dans le cadre de Parisculteurs.

L’agriculture urbaine est au coeur de la construction de la ville durable et résiliente. Végétaliser et cultiver la ville, c’est à la fois lutter pour le développement de la biodiversité et contre le dérèglement climatique en rapprochant le lieu de production à l’assiette. C’est aussi construire une ville plus solidaire en créant des lieux de rencontre et de renforcement du lien social.


La Ville de Paris porte ainsi l’objectif ambitieux de dédier 33 hectares à l’agriculture urbaine dans la capitale d’ici 2020. C’est le sens de Parisculteurs, dont le second appel à projets sera lancé en septembre prochain. Les porteurs de projets passeront devant un jury d’élus et d’experts réunis pour désigner les lauréats acteurs de la végétalisation et de l’agriculture urbaine de demain dans la capitale. Ce sont des réponses concrètes aux défis écologiques, économiques et alimentaires que doivent aujourd’hui relever les villes et les métropoles à travers des circuits courts et en réconciliant l’agriculture urbaine et péri-urbaine.


La RATP, avec la SEDP, sa filiale d’ingénierie et de gestion immobilières, a répondu en 2016 au premier appel à projets Parisculteurs en proposant le toit terrasse du centre médical de Lachambeaudie dans le 12ème arrondissement de Paris. Il s’agit d’un des trois projets Parisculteurs de cet arrondissement.


La start-up Aéromate, spécialisée dans l’agriculture urbaine, y déploie, depuis mars 2017, 450 m² de cultures maraîchères en hydroponie, tout en favorisant la biodiversité. La grande variété de cultures : fruits, légumes, aromates et fleurs comestibles permet le développement de nombreux pollinisateurs. La production est ensuite vendue aux agents RATP du site ainsi qu’aux commerçants et restaurateurs du quartier. La culture et la récolte sont effectuées pour partie par des personnes en insertion sociale et professionnelle formées par Aéromate. La production attendue est de 31 tonnes de fruits et légumes variés par an.

01. Le groupe RATP vise, à l’horizon 2020, la végétalisation de 4 hectares de toitures dont un tiers sera dédié à l’agriculture urbaine

Viser l’excellence environnementale est l’une des ambitions du groupe RATP qui entend être un acteur de référence de la Ville durable. C’est pourquoi la RATP, au regard de la situation de son patrimoine immobilier tertiaire et industriel, soutient l’objectif de la Ville de Paris : « 100 hectares de toitures et murs végétalisés dont 30 hectares dédiés à l’agriculture urbaine en 2020 ». Le potentiel de végétalisation, à horizon 2020, sur le domaine immobilier de la RATP (bâtiments tertiaires et industriels) est de 40 000 m² dont un tiers dédié à l’agriculture urbaine (soit 1,4
hectare environ).

02. Un démonstrateur sur le toit de la Maison de la RATP, 1er projet du Groupe, installé en 2015

Situé sur le toit de la Maison de la RATP, ce démonstrateur de 250 m2 permet de tester différentes techniques d’agriculture urbaine, d’étudier de nouveaux substrats allégés à bases de matériaux recyclés et issus de la ville, et de mesurer l’impact des polluants atmosphériques des zones urbaines denses sur l’air, les sols ou les cultures.


Exemple d’économie circulaire et de circuits courts, ce démonstrateur récupère par exemple les bio-déchets pour nourrir les 5 poules et la centaine d’écrevisses. Le marc de café du restaurant d’entreprise sert quant à lui de nouveau substrat de culture.


Le retour d’expérience a permis d’évaluer ce qui pourrait se faire à plus grande échelle sur les sites existants et projets futurs de la RATP.


Plusieurs sites ont d’ores et déjà été identifiés comme ayant un fort potentiel, tel que le site de Jourdan dans le 14e arrondissement, avec un projet de 700 m² à l’étude ainsi que le site de Vaugirard dans le 15e arrondissement avec plus de 2000 m² répartis sur plusieurs lots.