Mobilité durable

La RATP engagée pour la qualité de l’air dans ses espaces souterrains

Dans le cadre de ses actions pour l’amélioration de la qualité de l’air de son réseau souterrain, qui fait l’objet d’un suivi précis, la RATP permet désormais la consultation en temps réel des données de qualité de l’air concernant trois stations représentatives et très fréquentées : Châtelet, Franklin Roosevelt et Auber. Les données sont accessibles sur le site internet de la RATP.

Des mesures ponctuelles, réalisées en différents points du réseau complètent ce dispositif. Plusieurs paramètres sont à l’étude : paramètres climatiques (température, humidité relative), dioxyde de carbone, oxydes d’azote, particules fines…

 

Une qualité de l'air globalement bonne

La qualité de l’air dans les espaces souterrains de la RATP est globalement bonne. Les résultats montrent un environnement chaud et sec, avec un bon renouvellement d’air des espaces (de 4 à 40 renouvellements d’air par heure).

En ce qui concerne la pollution particulaire, due aux systèmes de freinage du matériel roulant, il s’agit d’un phénomène constaté dans tous les réseaux ferroviaires du monde. S’il n’existe pour l’heure aucune norme en matière de particules dans les espaces souterrains, la RATP a engagé, dans une démarche volontariste, une série d’actions visant à réduire la présence des microparticules dans l’air.

 

De nombreuses actions engagées par la RATP

Ainsi, la qualité de l’air dans les espaces souterrains de la RATP est en amélioration grâce aux nombreuses actions engagées par l’entreprise depuis plusieurs années :

le renouvellement du matériel roulant : la RATP s’applique ainsi à généraliser sur ses nouveaux trains le freinage électrique, lequel tend véritablement à diminuer les émissions de particules à la source ;

le renforcement de la ventilation : un vaste plan d’investissement a été engagé d’afin d’améliorer la ventilation de confort en tunnel (pour un budget de plus de 95M€ entre 2004 et 2015, un second programme d’investissement sur la période 2016-2020 a été lancé pour 45 M€) ;

la substitution des véhicules de maintenance diesel par des véhicules électriques.

Retrouvez ici toutes les mesures

Développement durable Metro RER