Sécurité

La RATP, la préfecture de Police et le Parquet de Paris mobilisés pour la lutte contre le trafic et la consommation de stupéfiants

La RATP a organisé ce jour une table ronde au siège de la Maison de la RATP, avec la Direction générale de la RATP et les quatre syndicats représentatifs de la RATP (CFE-CGC, UNSA, CGT, et SUD). Les services compétents de la préfecture de Police (Brigade des Réseaux Franciliens, Police Judiciaire) ont participé à cette réunion de travail.

L’objectif de cette réunion était de présenter et de partager les actions concrètes mises en place afin de lutter contre la présence de trafiquants de stupéfiants et de toxicomanes dans le réseau de transport parisien, en particulier au nord de la ligne metro et au nord de la ligne metro engendrant des difficultés croissantes pour les agents de la RATP et les voyageurs.

Ces actions s’articulent autour de trois axes :

01. Accentuer la présence policière aux côtés des agents de sécurité de la RATP (GPSR) et des agents de stations

Dans le cadre de la collaboration particulièrement étroite et complémentaire qu’entretiennent le GPSR et la BRF, une présence renforcée des effectifs va être assurée sur les lignes où cette problématique est la plus forte afin de sécuriser les usagers mais également les conducteurs et agents de la RATP.

La présence régulière d’unités de forces mobiles mises à disposition de la préfecture de Police vient également compléter ce dispositif dans les stations prioritaires.

02. Renforcer la lutte contre le trafic de stupéfiants dans le métropolitain

La lutte contre le trafic de stupéfiants  dans le métropolitain est une préoccupation constante de la préfecture de Police, et tout particulièrement sur les lignes metro et metro. Celles-ci font l’objet d’un plan d’action spécifique axé principalement sur l’interpellation des vendeurs par des policiers en civil et en tenue de la BRF, avec l'appui d'un patrouilleur vidéo.

L’ensemble de ces actions a permis, du 14 janvier 2016 au 15 décembre 2017, de traiter plus de 400 affaires liées à ce trafic de stupéfiants qui ont conduit à l’interpellation de 283 vendeurs et 406 consommateurs.

D’autre part, ce phénomène sera pris en compte dans le « plan stups 2018 » piloté par la Direction Régionale de la Police Judiciaire (DRPJ) de Paris afin de contribuer efficacement au démantèlement des réseaux.

Le préfet de Police et le procureur de la République ont également convenu de mieux associer le parquet de Paris dans l’élaboration et la mise en œuvre du plan stups 2018.

Par ailleurs, pour améliorer l’efficacité de ces actions de lutte contre le trafic et la consommation de stupéfiants, le Parquet de Paris va créer un Groupe Local de Traitement de la Délinquance (GLTD), placé sous l’autorité du procureur de Paris, dont l’objectif sera de traiter le problème des stupéfiants dans les transports.

La mise en place de ce GLTD viendra renforcer le dispositif déjà mis en place par la RATP, en association avec la Brigade des Réseaux Franciliens (BRF) de la préfecture de Police, afin de lutter contre la présence de vendeurs et de consommateurs  de produits stupéfiants dans l’enceinte des stations des lignes metro et metro.

03. Faire prendre en charge les consommateurs de stupéfiants par les réseaux associatifs spécialisés

Au-delà des actions sécuritaires, des actions de prévention viennent désormais compléter l’ensemble des actions menées sur le réseau. La Préfecture de la Région Ile-de-France, la RATP et les CAARUD (centres d’accueil et d’accompagnement à la réduction des risques des usagers de drogue) ont ainsi signé fin novembre 2017 une convention afin de permettre une prise en charge sanitaire et sociale des toxicomanes présents dans les espaces du métro parisien et notamment sur les lignes metro et metro. Il s’agit de mettre en œuvre dans les espaces du métro parisien des dispositifs de prise en charge des usagers de drogue existant par ailleurs dans l’espace public en surface.

Les agents des stations de la RATP travaillent étroitement en lien avec les associations (Gaïa, Aurore, Nova Donna et Charonne) qui réalisent depuis le 7 décembre 4 maraudes par semaine avec des agents RATP.

Par ailleurs, en soutien des agents des stations et des conducteurs, la mobilisation des agents de terrain RATP est  en constante augmentation dans les secteurs difficiles, et consigne a été donnée aux équipes de maintenance d’intervenir de façon plus réactive suite aux dégradations des équipements d’accès aux stations.