Tramway

Reprise du trafic sur l’ensemble de la ligne du tramway T2

Suite à la mobilisation des équipes techniques RATP, qui ont œuvré sans relâche pendant 36h depuis l’accident survenu sur le tramway T2 lundi 11 février entre les stations Issy Val de Seine et Jacques Henri Lartigue, le trafic a pu reprendre ce matin à 10h10 sur toute la ligne.

Trois types d’interventions ont été nécessaires pour permettre la reprise de la ligne sur le tronçon concerné :

  • L’opération de relevage des deux tramways accidentés s’est terminée ce matin.
  • En parallèle, les équipes ont pu procéder à la remise en état de l’ensemble des infrastructures  endommagées.
  • Des tests ont ensuite été effectués, avec le passage de rames à vide à plusieurs vitesses, pour permettre une reprise de l’exploitation en toute sécurité.

La RATP tient à remercier les voyageurs pour leur compréhension pendant toute la durée nécessaire au rétablissement de la ligne T2.

Cependant, en raison de l’indisponibilité des deux rames accidentées, l’intervalle théorique appliqué en heures de pointe (3mn30 en moyenne entre deux tramways) ne peut être garanti dans un premier temps.

En effet, avec 2 trains en moins circulant sur la ligne T2, l’intervalle théorique s’en voit réduit à une moyenne de 3min45 en heures de pointe.

Les équipes d’exploitation et de maintenance de la ligne T2 fournissent leurs meilleurs efforts afin de rétablir une situation nominale au plus tôt.

Une première modification consiste à injecter une rame de réserve d’exploitation en heures de pointe.

Avec cette mesure, le déficit de matériel roulant se réduit à une rame.

Une deuxième mesure réside en un renfort de conducteurs, en hyper-pointe, afin d’assurer un départ plus rapide d’une rame vers Pont de Bezons alors que celle-ci vient de terminer sa course à Porte de Versailles.

Les équipes RATP étudient aussi une adaptation de l’organisation de la maintenance afin de mettre une rame, issue de la réserve de maintenance, à disposition de l’exploitation, afin de compenser le déficit.

Ces dispositions pourraient améliorer la situation d’exploitation de la ligne mais ne pourraient être garanties en permanence. En effet, exploitant et mainteneur ne bénéficient plus de rames de réserve.