Pour la planète et la ville
Engagés pour l'environnement !
Chaque jour, nous transportons 12 millions de voyageurs en Ile-de-France. Le cœur de notre métier s’inscrit donc, par nature, dans une démarche de développement durable : le trajet d’un voyageur en métro, RER ou tramway nécessite cinq fois moins d’énergie que le même parcours en voiture particulière!

Le groupe RATP réaffirme son ambition dans le développement de villes plus durables à travers sa politique RSE dont le second engagement est de

réduire son empreinte environnementale : en réduisant ses émissions, en limitant ses consommations, en améliorant encore la performance énergétique de son système de transport et de ses gares, en développant des démarches d’écoconception

La RATP est engagée depuis 2006 dans une démarche d’amélioration continue de la performance énergie et carbone de son réseau de transport. Les actions réalisées ont permis de réduire de 12% la consommation énergétique par voyageur-kilomètre entre 2004 et 2015. Les émissions de CO2 induites ont baissé de 13% sur la même période.

Bilan Carbone®

La loi Grenelle 2 (loi n° 2010-788 du 12 juillet 2010, article 75) impose la réalisation d’un bilan des émissions de gaz à effet de serre pour les entreprises publiques employant plus de 250 personnes. Ce bilan réglementaire concerne les émissions induites par la consommation d’énergie.
Nous avons été pionniers en la matière, puisque nous nous sommes dotés d’un Bilan Carbone® global de notre activité dès 2006. Ce bilan nous permet de mesurer notre empreinte carbone et nous sert aussi à identifier et à prioriser les actions visant à réduire nos émissions. 
En savoir plus

Information CO2

Les transports sont, en France, la première source d’émissions de gaz à effet de serre. C’est pourquoi, par son comportement, chacun peut contribuer à la lutte contre le changement climatique. L’information CO2 que nous délivrons permet à chaque voyageur de mesurer l’impact de son trajet.
Calculez l’impact CO2 de vos trajets
Découvrez comment nous calculons les émissions de CO2

Bus2025, la transition énergétique du parc BUS

Avec le plan Bus2025, nous nous sommes engagés à disposer d'un parc de 4 500 bus exclusivement composé de matériels à basses émissions, avec une flotte 80 % électrique et 20 % biogaz, d’ici à l’horizon 2025, et à devenir ainsi une référence mondiale en matière de réseau performant, bas carbone, attractif et accessible. C’est une évolution technologique et écologique majeure !

Déjà, depuis 2014, les premiers bus hybrides circulent sur notre réseau francilien et depuis 2015, nous expérimentons les premiers bus standards électriques.
Découvrez notre plan Bus2025

Eco-conception

Nous nous sommes engagés dans une démarche d’éco-conception et d’éco-spécification de l’ensemble de nos projets d’infrastructures, de bâtiments, de matériels roulants et de systèmes d’information. Nos stations et nos sites industriels sont conçus pour minimiser les impacts sur l’environnement, aussi bien à la construction que pendant l’exploitation.

Nos centres de maintenance et de remisage des tramways sont particulièrement exemplaires de la démarche d’éco-conception que nous mettons en œuvre pour la construction de nos bâtiments industriels :

  • tous les sites de maintenance et de remisage des tramways franciliens inaugurés depuis 2007 sont équipés de systèmes de recyclage d’eau de lavage, optimisant ainsi l’utilisation de cette ressource : les centres de maintenance et de remisage des tramways T2 et T3b, par exemple, bénéficient d’installations de ventilation et de chauffage peu consommatrices d’énergie (pompe à chaleur reliée à des sondes géothermiques, puits canadien…) ;
  • sur l’atelier de maintenance du T3, 900 m² de panneaux photovoltaïques ont été installés pour produire son électricité ;  

  • le site de maintenance et de remisage des rames du tramway T8, inauguré en mai 2014, s’inscrit également dans cette dynamique d’éco-responsabilité avec une isolation thermique, le recyclage des eaux du site, des toits végétalisés sur 1 600 m² pour mieux absorber l’eau de pluie et 144 panneaux photovoltaïques et dispositif de géothermie participant à limiter les consommations énergétiques ;

  • certaines de nos stations de traitement sont équipées de systèmes de recyclage permettant de préserver la ressource en eau potable et de réemployer l’eau traitée.

A travers nos plans d’action énergie-climat, nous nous employons à favoriser les énergies renouvelables et à valoriser les énergies de récupération.

Nous avons ainsi installé un dispositif de captage géothermique sur parois moulées dans deux stations de métro, dans le cadre des travaux de prolongement de la ligne 14 Nord (dans les futures stations Mairie de Saint-Ouen et Porte de Clichy). Il s’agit d’un dispositif inédit, qui consiste à mettre en place des tubes dans les cages d’armature des parois moulées, afin de permettre la circulation d’un fluide caloporteur, vecteur d’énergie entre le tunnel en souterrain et les bâtiments en surface. L’échange se fait à l’aide d’une pompe à chaleur.

Le système permettra de couvrir la totalité des besoins en chauffage et en climatisation de ces deux stations. En outre, à la station Mairie de Saint-Ouen, il pourra couvrir 40 % des besoins en énergie d’un immeuble d’habitation en surface (80 logements).

Eclairage des gares et stations par LED

Depuis 2016, l’éclairage de toutes nos gares RER et stations de métro se fait avec des LED. Au total, ce sont 250 000 points lumineux qui ont été remplacés, et avec ces lampes, la consommation d’éclairage des espaces voyageurs est divisée par deux. C’est plus que l’éclairage public de Los Angeles : nous sommes le premier réseau au monde de cette envergure à être intégralement équipé en LED !
En savoir plus

Réduction de notre consommation d’eau

Nous nous efforçons de réduire notre consommation d’eau, en veillant à ce que nos rejets au réseau d’assainissement soient normalisés.

La majorité de nos sites industriels sont équipés de stations de traitement des eaux industrielles. Ces équipements permettent de traiter les effluents avant leur rejet dans le réseau d’assainissement. Des contrôles de la qualité des rejets industriels sont régulièrement effectués.

Par ailleurs, la mise en place de nouveaux équipements nous permet de générer d’importantes économies :

  • des stations de traitement recyclent l’eau utilisée pour le lavage des matériels roulants. Depuis 2012, nos nouveaux sites de maintenance et de remisage sont tous équipés d’un système de recyclage autonome des eaux de lavage des tramways ;

  • certains centres de maintenance bus collectent les eaux pluviales pour le lavage des bus ;

  • des réducteurs de débit équipent les sites (bouton poussoir, chasse d’eau à double flux…).

Chaque année, nous collectons près de 7 millions de m3 d’eaux d’infiltration, dites eaux d’exhaure. En fonction des configurations, ces eaux sont dirigées vers le réseau d’assainissement, renvoyées en milieu naturel (Canaux de Paris, Seine) ou réutilisées en interne, pour le lavage des matériels roulants ou pour l’arrosage de la plate-forme engazonnée du tramway T3b.

Notre objectif : Rechercher des solutions alternatives à l’utilisation de l’eau potable (eau non potable , eaux d’exhaure, etc.)

Gestion des déchets

Aujourd’hui 100 % de nos déchets non dangereux (métaux, bois…) et 97 % de nos déchets dangereux (huiles, solvants...) sont valorisés.

Les déchets produits par les sites tertiaires (papier, carton, canettes, bouteilles, cartouches et toners, piles, déchets d’équipements électriques et électroniques dits DEEE, matériel informatique, etc.) sont triés et valorisés, et des actions pilotes sont menées comme par exemple la mise en place progressive d’une collecte spécifique dédiée aux gobelets sur les sites industriels. En 2014, nous avons également mis en place le tri des biodéchets dans deux de nos restaurants d’entreprise.

Le CRE (Comité régie d’entreprise) en charge de la restauration pour l’Epic RATP s’inscrit également dans une démarche de développement durable en limitant l’impact sur l’environnement de son activité de restauration. Une charte de fonctionnement général, intégrant des exigences en termes de développement durable, a ainsi été signée entre la RATP et le CRE en 2016.

Consommation de nos bâtiments

Les consommations énergétiques de nos bâtiments tertiaires ont été réduites de 24 % entre 2007 et 2014. Notre siège, qui est aussi notre premier site tertiaire en termes de surface avec 56 000 m² de bureaux, a fait l’objet d’une rénovation énergétique touchant principalement les systèmes techniques, l’éclairage et les modes de gestion : il a ainsi obtenu la certification HQE Exploitation en avril 2015.

Management environnemental

Pour limiter les impacts environnementaux générés par notre activité industrielle, nos projets et nos chantiers d'infrastructures, nous menons une politique environnementale exemplaire.

Nous nous sommes ainsi engagés à certifier ISO 14001 l’ensemble de nos sites industriels ayant un impact sur l’environnement. Le déploiement de ce système a pour corollaires :

  • de respecter la réglementation ;

  • d'estimer et de minimiser l’impact environnemental de nos processus ;

  • d'évaluer le risque environnemental de nos activités et de prévenir les pollutions ;

  • de mettre en œuvre les pratiques les plus respectueuses de l’environnement.

La mise en place de ce système de management environnemental s’accompagne d’un plan de formation et d’actions de sensibilisation régulières auprès de l’ensemble du personnel.

Notre objectif ? 100 % de nos sites industriels certifiés ISO 14001 d’ici 2020 !

Économie circulaire

Le domaine du transport fait partie intégrante du système urbain circulaire : en tant qu’acteur majeur de la ville durable, nous nous inscrivons donc dans une démarche qui consiste à réduire la consommation de ressources et à étudier les synergies possibles entre les différents acteurs du territoire.

Un exemple ? Dans le cadre du renouvellement de la tenue de nos agents d’exploitation, fin 2014, nous avons lancé un dispositif de collecte et de recyclage des anciennes tenues : 27 000 agents étaient concernés. Nous avons assuré la collecte, et c’est l'association Le Relais (Emmaüs France) qui a valorisé les anciennes tenues. Cette initiative a permis de réduire les déchets, de renforcer le lien avec le secteur de l’économie sociale et solidaire et a participé à l’émergence d’une filière de recyclage des vêtements de travail en France. C’est un enjeu environnemental important car en France, seuls 15 % des déchets textiles sont recyclés. Cette opération a permis de collecter 26 tonnes de déchets textiles dont 87 % en valorisation matière.

En 2015, la RATP a participé aux Etats Généraux de l’économie circulaire organisés par la Ville de Paris. La même année, nous avons expérimenté, à notre siège social, un démonstrateur d’agriculture urbaine. Ce démonstrateur, mis en place pour une durée de cinq ans, est une première initiative réalisée en partenariat avec l’université AgroParisTech (Institut des sciences et industries du vivant et de l'environnement). Objectif ? Disposer d’ici 2020 de 3 ha de toitures végétalisées et 1 ha d’agriculture urbaine.

Dans le cadre de la rédaction de sa nouvelle politique RSE, la RATP a également défini un plan d’actions Economie circulaire.

Pour répondre aux enjeux de la ville intelligente et durable, la RATP et la Ville de Paris ont collaboré en 2016, à la rédaction et à la signature d’une convention de partenariat pour la création d’un quartier d’affaires « circulaire ». Ce projet pilote, baptisé « Quartier des deux rives » prendra place au cœur des 12ème et 13ème arrondissements entre la gare de Lyon et la gare d’Austerlitz. L’objectif est de créer des synergies et de développer des « boucles d’économie circulaire » entre les acteurs du territoire.

Le Chiffre
- 20
%
de consommation d’énergie et - 50 % d’émissions de gaz à effet de serre, par rapport à 2015, par voyageur-kilomètre transporté : c’est notre objectif pour 2025 !

02. Expert en mobilité durable

Pour nous, seule la construction d’une offre complète de mobilités de porte-à-porte, structurée autour d’un réseau de transport en commun dense et performant se plaçant comme alternative à la voiture individuelle permettra de créer un écosystème de mobilité durable qui répond à vos besoins, et à ceux des territoires.

Comment ?

  • Grâce la mise en place d’offres complémentaires, comme par exemple l’expérimentation de services de covoiturage avec la start-up Sharette depuis 2015 ou le déploiement, avec le STIF, de parcs de stationnement sécurisés pour vélo à l’abord des gares, via notre filiale Promométro.

  • Avec une recherche d’itinéraire toujours plus performante, déployée sur notre site, nos applications mobiles et même sur des montres connectées, pour proposer des trajets personnalisés, contextualisés et multimodaux. Et, dans une logique de mobilité de porte-à-porte, les données de Vélib’ et d’Autolib’ sont intégrées à ces recherches d’itinéraire.

03. Attentif à votre santé

Contrôler la qualité de l’air dans nos espaces

Nous exerçons en permanence une activité de veille et d’expertise sur l’air circulant dans nos enceintes ferroviaires souterraines. Nos mesures montrent des conditions thermohygrométriques satisfaisantes, mais des niveaux élevés de particules métalliques, émises pour l’essentiel par les systèmes de freinage de nos matériels roulants. Pour améliorer la qualité de l’air, nos efforts portent donc à la fois sur l’amélioration du renouvellement dans nos espaces et sur la réduction des émissions de particules liées au freinage mécanique.

Réduire les nuisances sonores et vibratoires

Pour réduire les nuisances sonores et vibratoires, nous entretenons un dialogue constant avec les parties prenantes, et menons une série d’actions visant à diminuer le bruit à la source, grâce à de la prévention et à la mise en place de solutions curatives. Notre objectif : résorber tous les « points noirs » du bruit situés sur notre réseau d'ici 2020

Informer sur les champs électromagnétiques

Soucieux de la santé publique, nous informons notre personnel et nos voyageurs sur les champs électromagnétiques présents dans notre réseau souterrain. Dans cette optique, nous avons mené une mission d’étude sur les champs électromagnétiques de hautes fréquences et les effets sur la santé qui pourraient leur être associés.

Innovation Engagement