Pour la planète et la ville
Etre attentif à la qualité de l’air dans nos espaces
Pour améliorer la qualité de l’air, nous exerçons en permanence une activité de veille et d’expertise sur l’air circulant dans nos enceintes ferroviaires souterraines. Nos efforts portent à la fois sur l’amélioration du renouvellement d’air des espaces (programme de création, de renforcement et de renouvellement de la ventilation), sur l’optimisation du freinage électrique des matériels roulants et la réduction des émissions liées au freinage mécanique.

Notre surveillance repose en premier lieu sur le respect des conditions d’hygiène et de propreté de nos espaces, tant pour les voyageurs que pour notre personnel.

Ainsi, avec le soutien d’Île-de-France Mobilités, nous réalisons depuis 1997 des mesures en continu (toute l’année et 24h/24), qui portent aujourd’hui sur 5 stations : Franklin D. Roosevelt (ligne 1), Châtelet (ligne 4), gare d’Auber, de Nation et de Châtelet-les-Halles (RER A), avec des appareils de référence. Ces 5 stations font partie des espaces les plus fréquentés d’Île-de-France. Ces mesures en continu sont disponibles et un QR code dans les stations viendra prochainement renforcer l’accessibilité à cette information pour les voyageurs.
Des mesures ponctuelles sont également régulièrement réalisées sur l’ensemble du réseau.

Le Chiffre

300 000
données brutes, concernant les conditions d’hygiène et de propreté, sont recueillies chaque année.

La RATP exerce depuis plus de 25 ans en lien avec Île-de-France Mobilités (IDFM), l’ANSES, l’Inéris et Airparif, une activité de veille, de surveillance et d’expertise de la qualité de l’air circulant dans le réseau souterrain. 

Airparif, acteur de référence en matière de qualité de l’air, a publié en juillet 2022 un rapport d’évaluation du dispositif de surveillance et d’information de la qualité de l’air dans les gares souterraines où la RATP opère pour Ile-de-France Mobilités. Airparif souligne dans son rapport que le dispositif de mesure de la qualité de l’air mis en œuvre depuis 25 ans par la RATP pour Ile-de-France Mobilités est « le plus complet au monde », notamment puisqu’il intègre le suivi de différents paramètres de qualité de l’air (particules PM10, particules fines PM2.5, les oxydes d’azote (NOX) et le dioxyde de carbone (CO2)). Le réseau exploité par la RATP est d’ailleurs dans le TOP 5 des réseaux de transport les moins pollués au regard des niveaux PM2,5 et PM10 selon une comparaison internationale menée par Airparif. Par ailleurs, à ce jour, aucune norme légale ou règlementaire n’existe pour évaluer la qualité de l’air dans les enceintes ferroviaires souterraines. L’ANSES a néanmoins publié des recommandations générales en 2022 que la RATP s’efforce de suivre et tenant compte du temps d’exposition des voyageurs.

Notre plan d'actions

Au-delà de la surveillance de la qualité de l’air sur son réseau, le plan d’action d’amélioration de la qualité de l’air mené par la RATP repose sur différents leviers :

  • Un renforcement et une modernisation du dispositif de ventilation en station permettant de renouveler l’air intérieur ; un plan d’investissement massif de 57 millions d’euros, financé par Île-de-France Mobilités, a déjà été engagé sur la période 2021-2024 ; 
  • Un déploiement du freinage électrique sur les nouveaux trains et le test de nouveaux matériaux de freinage mécanique ; 
  • Une élimination progressive des moteurs thermiques dans ses opérations de maintenance ; 
  • Une expérimentation de plusieurs solutions technologiques pour améliorer le traitement de l’air en station (solutions de filtration, de fixation et de captation des particules).
  • Des études épidémiologiques concernant l’exposition des salariés de la RATP.

Et sur les autres réseaux ferroviaires ?

Nous échangeons sur le sujet de la qualité de l’air avec des réseaux ferroviaires étrangers (Stockholm, Londres...), via l’Union internationale des transports publics (UITP).

Par ailleurs, une synthèse des travaux menés sur d’autres réseaux français (Lyon, Toulouse, Rennes, Lille) révèle une qualité d’air comparable à celle mesurée à Paris. A Toulouse et Lyon, les valeurs maximales horaires en PM10 sont comprises entre 200 et 500 µg/m³. A Londres, des mesures ponctuelles ont révélé des teneurs variant de 500 à 1 120 µg/m³.

Toutes les mesures du réseau en temps réel

Retrouvez ci-dessous les mesures réalisées en continu dans les lieux représentatifs des espaces souterrains de la RATP, à savoir : deux stations de métro, Franklin D. Roosevelt (ligne 1) et Châtelet (ligne 4), et trois gares du RER, Auber (ligne RER A), Châtelet – Les Halles (ligne RER A) et Nation (ligne RER A).

Découvrez les mesures en temps réel

Consultez le bilan 2022.